La cathédrale de Phat Diem (Phát Diệm) domine fièrement le bourg homonyme, district de Kim Son, province de Phat Diêm à 120 km de Hanoi. Dépendant du diocèse de Phat Diêm, c’est le plus grand ensemble architectural catholique du pays. Visite guidée.

La cathédrale Phat Diêm a été construite entre 1875 et 1899 par le Père Trân Luc (connu sous le nom de Père «Six») (1825-1899) qui puisa dans le répertoire de l’architecture des pagodes et des dinh (maison communale), monuments typiques des villages vietnamiens. Au-delà du symbole chrétien, l’édifice est un exemple magistral de l’architecture vietnamienne.

Au début du XIXe siècle, Phat Diêm n’était qu’une zone de marécages insalubres, où ne poussaient que roseaux et mauvaises herbes. C’est ici que le père Pierre Trân Luc est nommé en 1865 comme curé de la paroisse de Phat Diêm. Il se lance aussitôt dans de grands travaux et commence par assécher les marais, en enfonçant sur plusieurs dizaines de mètres des pierres et des millions de tiges de bambou.

L’édification de la cathédrale s’effectue ensuite progressivement. Elle débute par la construction d’une grotte artificielle (la grotte de Bethléem), qui sert au Père Six à calculer le cœfficient d’affaissement du terrain. Après avoir consolidé une nouvelle fois les soubassements de la cathédrale, il creuse les fondations de l’édifice, dont il dessine les plans : il le divise en neuf travées, confiées chacune à l’une des neuf équipes d’artisans qu’il a formées.

L’ensemble architectural de Phat Diêm comprend, outre le bâtiment principal, cinq chapelles, deux grottes, un campanile (appelé phuong dinh), deux portiques et un calvaire. Un étang avec un îlot surplombé par une statue du Christ-Roi a été creusé en 1925 à l’avant de l’édifice afin de remblayer le terrain.
Les trois ouvrages principaux sont l’église de pierre, la cathédrale et le campanile.

La chapelle du Cœur ou l’église de pierre

Au fond de cet ensemble architectural, se trouve la chapelle du Cœur immaculé de Marie ou l’église de pierre. Cette chapelle fut le premier sanctuaire édifié dans ce secteur par le Père Six ; elle date de 1883. Elle mesure 15,30 m de long pour 8,50 m de large et 6 m de haut. Du fait que le soubassement, les colonnes et les traverses, les murs et les balustrades, les tours et les autels sont entièrement réalisés en pierre de taille, les gens de Phát Diêm ont pris l’habitude de l’appeler l’Église de pierre.

L’intérieur de la chapelle est en marbre ; la pierre, soigneusement polie, arbore des traits fins et légers. Les cloisons sont constituées de balustrades en marbre, près desquelles sont dressées des panneaux – en marbre également, représentant avec un relief saisissant cyprès et chrysanthèmes (à l’Est), prunier, roseaux-bambous (à l’Ouest).

La cathédrale avec l’architecture de pagode

La cathédrale trône, comme il se doit, en plein cœur du site. De l’extérieur, le visiteur peut contempler l’édifice dans toute sa longueur et sa profondeur: le bâtiment fait 74 m de long sur 24 m de large. Ce qui attire d’emblée le regard, ce sont les deux rangées centrales de grands piliers, dont l’alignement mène aux grands panneaux de bois, sculptés, scintillants de dorures et de laque vermillon, situés derri&`re le maître-actuel. La nef est découpée longitudinalement en neuf travées soutenues par six rangées de colonnes en bois de fer, soit au total 52 colonnes soutenant les quatre toitures. Les seize grandes colonnes de la nef centrale ont un périmètre de 2,60 m pour 11 m de hauteur, chacune pesant 7 tonnes.

Le style s’inspire des canons architecturaux traditionnels des pagodes et temples anciens, ce qui crée une atmosphère de silence et de recueillement propice à la méditation et à la prière.

Le campanile spacieux et aéré

Le campanile (phuong dinh en vietnamien), achevé en 1899, est la dernière réalisation du Père Six. Le phuong dinh, qui peut être traduit par «maison communale carrée», est une construction spacieuse et aérée qui suit le plan traditionnel des maisons communales de la région. Ses dimensions sont approximativement cubiques:
21 m de largeur, 17 m de profondeur, et 25 m de hauteur, le tout sur trois étages. L’étage inférieur, le plus vaste, est construit en blocs de pierre carrés ; il est divisé en trois compartiments meublés chacun d’une banquette de pierre. La banquette de la pièce centrale est la plus imposante : elle est faite d’un monolithe de granit de 4,20 m de longueur, 3,20 m de largeur, pour 0,30 m d’épaisseur. Les parois de cet étage sont ornés de bas-reliefs en pierre représentant des saints ; les balustrades, taillées en forme de roseaux-bambous, valent également le coup d’œil.

Par un étroit escalier de pierre, le visiteur accède au deuxième étage de l’édifice, construit lui aussi en pierre de taille, et encadrés de toits aux pentes incurvées. À l’intérieur est suspendu un gros tam-tam, que l’on ne bat que les dimanches et les jours de grande fête, de concert avec la cloche.

Le dernier étage est accessible par un escalier en bois couvert d’une toiture à l’orientale. C’est ici qu’est suspendue une grande cloche de facture asiatique, mesurant 1,90 m de haut, 1,10 m de diamètre, et affichant près de deux tonnes sur la balance. Depuis plus de 100 ans, matin et soir, résonne le son de la cloche dont l’écho porte très loin, audible jusqu’à 10 km, pour rappeler aux fidèles d’élever leur âme vers le Seigneur dans la prière.

Après la visite du campanile, le visiteur se retrouve sur le parvis, l’espace compris entre le campanile et la cathédrale. C’est ici que se trouve la tombe du Père Six. À sa mort en 1899, 40.000 chrétiens se sont rassemblés pour ses funérailles. Son corps fut inhumé ici même, dans une tombe certes modeste, mais située au centre de cette magnifique place, en plein cœur de l’ensemble architectural dont il est le créateur.

Aujourd’hui, Phat Diêm est un site classé qui a été inscrit au Patrimoine national vietnamien en 1988. C’est aussi une destination touristique appréciée des étrangers comme des Vietnamiens.